Un peu d'histoire

L'Antiquité

L'histoire du Forez avant le haut Moyen-âge est mal connue. Concernant l'époque antique, la présence des Ségusiaves sur le territoire est attestée dès le IIe siècle av. JC.

ll permet le développement de Feurs, Forum Segusiavorum, en tant que capitale du Forez à l'époque gallo-romaine, et d'autres villes environnantes comme Moingt.

Le Moyen Age

Avec les divisions de l'empire carolingien à partir du IXe siècle, le comté de Lyon auquel appartient le Forez fait partie successivement de la Lotharingie, du royaume de Provence puis du royaume de Bourgogne et passe avec ce dernier aux mains de l'empereur germanique en 1032. Mais dès le Xe siècle, les archevêques de Lyon et les comtes de Lyon se disputent le pouvoir sur le comté de Lyon. La transaction de 1173 met fin au conflit séculaire en consacrant l'existence de deux comtés distincts, dont la continuité territoriale est assurée par un remembrement des possessions de chacun.

Dès lors, le comté de Forez peut s'organiser et Montbrison devenir une véritable capitale administrative et économique. Les comtes structurent le territoire avec un réseau de châteaux et recueillent la soumission de la plupart des seigneurs locaux. De nombreux bourgs et villes reçoivent au XIIIe siècle des chartes de franchise qui encouragent leur développement. Le comté connaît son apogée sous le règne de Jean Ier (1278-1333) qui étend son territoire au massif du Pilat et au nord du Vivarais ainsi qu'à Thiers.

En 1372, le comté passe aux mains du duc Louis II de Bourbon marié à Anne-Dauphine, héritière du Comté. Il plonge dans un marasme économique sans précédent : affaibli par les épidémies de peste et les ravages de la guerre de Cent Ans, il subit également de plein fouet les conséquences de la réorientation des circuits économiques entre le Nord et le Sud de la France. Tandis que l'activité économique de Montbrison s'effondre, les échanges commerciaux et le dynamisme urbain se déplacent au Sud du comté sur un axe transversal Lyon-Bordeaux-Toulouse.

La Renaissance et les temps modernes

Les Bourbons gouverneront le Forez jusqu'en 1527, le rattachement officiel à la couronne de France ayant lieu en 1536 après la mort de Charles III de Bourbon. La Renaissance se traduit par une riche production littéraire et artistique liée à la présence de grands humanistes occupants de hautes fonctions.

Au XVIe siècle émergent peu à peu les deux pôles qui deviendront majeurs deux siècles plus tard : Roanne et Saint-Etienne, respectivement pour les activités commerciales et industrielles. L'Astrée, roman pastoral écrit par Honoré d'Urfé au début du XVIIè siècle, est lu dans toutes les cours d'Europe et diffuse le modèle arcadien.

Le XIXe siècle

Entre les deux grands pôles économiques que sont Roanne et Saint-Etienne, la plaine du Forez offre un paysage rural qui exerce un nouvel attrait à partir de la fin du XIXè siècle. De riches industriels, négociants et banquiers lyonnais ou stéphanois font construire d'opulentes villas de campagne pour y pratiquer la chasse et divers loisirs (jeux, thermes).

Aujourd'hui

Le Forez attire de nouveaux habitants pour son cadre de vie. La sensibilisation au patrimoine de ces populations constitue un axe majeur du Pays d'art et d'histoire, d'autant que l'urbanisation gagne la plaine et les coteaux du Forez, aux abords des pôles économiques qui maillent le territoire.